Ravissement (Le)

Paru le

Pas en stock.

C'était donc à moi et à moi seule d'intervenir quand les signes avant-coureurs de l'orage les rendirent tous sourds, et je m'en veux encore de n'avoir su conjurer la mort, de n'avoir su être Dieu lorsque la foudre s'abattit sur les arbres pour emporter la fillette, et de n'avoir pas deviné quel dessein s'accomplissait alors, car seule une plus grande vigilance m'aurait permis d'extirper cette enfant de l'orage, comme ces anges arrachant les innocents aux périls de l'enfer et les montant aux cieux. Venue se réfugier à la campagne, loin de la vile et des souvenirs qui blessent, une jeune femme se donne à l'éblouissement des matins naissants. Mais l'orage éclate, entraînant la disparition d'une fillette. Que se passe-t-il aux Bois noirs pour qu'une ombre nouvelle apparaisse sous les arbres magnifiques et que se fassent entendre des vois venues de la forêt, pareilles à un choeur de pleureuses? Soleil, foudre, éclatement de couleurs vives : le cinquième roman d'Andrée A. Michaud est traversé de lumière. Tantôt l'écriture ample retrouve la teinte inoubliable des contes de fée à l'heure où les petits chiens gambadent sous les pommiers, tantôt elle communie au chant noir et ancien des grands mythes. Le miracle du roman a lieu : le temps s'enroule, les objets, les lieux, deviennent de redoutables séducteurs, pour les lecteurs comme pour les personnages. Un mot s'impose alors : le ravissement.

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres